Articles

Ce que « crise » recouvre comme potentiel

La crise en surgissant , danger immédiat, apporte avec elle des opportunités, si nous apprenons a « faire avec ». Il n’est pas dans mon idée de mettre en cause le tragique de ce que nous avons vécu ni ce qui nous attend. Il est d’affirmer qu’il est différentes façons de faire avec « la vague », que nous ne sommes pas obligés de la prendre en pleine face, passivement, mais que nous pouvons faire « avec ».

« En Chine, le mot « crise » est décrit par deux idéogrammes signifiant conjointement « danger » et « opportunité », soulignant qu’en période incertaine, mauvaises nouvelles ou situations désagréables sont autant d’opportunités de reconsidérer l’avenir autrement…
Pour être précis, le mot chinois pour crise est wei ji, l’idéogramme wei signifiant effectivement « danger » mais ji ayant plutôt le sens de « point de basculement » ou de « moment décisif ». La crise en chinois, c’est donc le moment où on frôle le danger. Parallèlement, ji signifie opportunité de changement, dans un sens positif.
Ainsi, « ce qui ne me détruit pas me rend plus fort. » Ces mots de Friedrich Nietzsche sont une ouverture à la pensée « Wei-ji », pour laquelle chaque crise possède deux constituants indissociables, le risque (wei) et l’opportunité (ji). Ainsi nous pouvons sortir plus fort d’une crise, en saisir l’opportunité pour avancer, se remettre en cause. La crise comme instrument du renouvellement : des crises naissent le courage, du courage, la décision, de la décision l’action.
Savoir accueillir l’adversité conjoncturelle comme autant d’opportunités d’imaginer d’autres scénarios, différents et inattendus, innovants et créatifs,  telle est sûrement la morale la plus constructive de cette histoire… ! »

Blog de Laurence Thomas, université de Poitiers.

Ceci n’est pas une réflexion sur une « crise » dépassée, au contraire, les menaces sont toujours là, nouvelles, inattendues.

La difficulté actuelle sévère, improbable à l’installation d’une consœur, les menaces qui en ont surgi de cette situation sont une occasion de prendre conscience, de mettre en mots notre projet, de resserrer les liens des médecins du territoire, de développer nos liens, nos échanges locaux et régionaux, de découvrir ces ressources. De cette dernière crise aussi nous sortirons renforcés !

Je ne prétends pas rechercher le danger, l’actualité y pourvoit largement, mais je veux retenir qu’il faut contenir l’inquiétude, accepter le danger et apprendre « à nager », toujours mieux, non pas « à cause », mais presque « grâce aux vagues » qui nous arrivent sur la figure. Une situation mauvaise, si nous réussissons à la considérer sous ce jour devient opportunité favorable, et in fine bonne.

Nous ne commandons pas les vagues, mais puissions-nous toujours continuer à être capables de nous transformer, d’évoluer par celles-ci ! 

Jean-Paul Mir, cette partie a été soufflée par mon ami le Dr Giorgio Di Benedetto.